L’Arbre aux papillons, une crèche à la pointe pour grandir et s’épanouir

VLAN  mercredi 19 septembre 2018 Vlan

STAVELOT | Avec un total de 36 places, la nouvelle crèche stavelotaine permettra aux enfants de s’épanouir dans un univers coloré et orienté vers la nature.

Initié en 2014 dans le cadre du Plan Cigogne III, le projet de nouvelle crèche à Stavelot s’est concrétisé le 31 août dernier avec l’inauguration officielle de l’«Arbre aux papillons» par les autorités stavelotaines et le ministre wallon de l’Économie Pierre-Yves Jeholet. « À Stavelot, nous sommes désormais passés d’une maison d’accueil de l’enfance de 18 places à une crèche de 36 places », se réjouit Élisabeth Guillaume, échevine de la Petite Enfance et de l’Urbanisme. La construction de cette nouvelle crèche aura coûté environ 1 130 000€ (dont 505 000€ de subsides de la Région wallonne).

Comme de nombreuses communes, Stavelot est confrontée à un manque de solutions pour faire garder les enfants en bas âge par les parents qui travaillent et au coût qu’une garderie peut représenter. « Chaque année, nous avions des listes d’attente énormes. Pour la nouvelle crèche, nous avons commencé à ouvrir les places il y a un an et nous sommes déjà complets jusqu’en avril prochain! » Et pourtant, avec l’«Arbre aux papillons», le nombre de place à de l’infrastructure communale a doublé. « Il était également important pour nous d’offrir des places en milieu subventionné car de nombreux parents n’ont pas les moyens de payer les tarifs pratiqués ailleurs. Il est primordial que chacun puisse s’épanouir et que les parents puissent aller travailler en laissant leurs enfants entre de bonnes mains

Très vite, la Ville de Stavelot a pris la décision de construire une nouvelle crèche plutôt que d’agrandir la crèche existante, au vu des contraintes urbanistiques du site (bâtiment classé) et de la problématique du parking dans le centre-ville. C’est donc aux Petites Communes qu’a poussé l’«Arbre aux Papillons». « Nous voulions privilégier le grand air et le contact des enfants avec la nature », ajoute l’échevine. « Ce terrain était idéal, à la fois proche du centre-ville et de la nature. Nous y avions la place pour y construire un bâtiment parfaitement organisé autour de notre projet pédagogique. »

Le projet pédagogique, porté par la directrice Sandra Bastogne et son équipe, permet d’offrir à chaque tranche d’âge un espace qui lui est dédié en fonction de ses besoins. « Nous avons pu imaginer de A à Z la façon dont nous voulions faire vivre les enfants dans la crèche. Tout est vraiment axé autour des enfants: l’architecture, la configuration des espaces, les couleurs, la décoration, les meubles réalisés sur mesure… » Ainsi, les services techniques et les locaux réservés au personnel (bureau pour la directrice, réfectoire, vestiaires, toilettes, buanderie…) sont séparés des espaces alloués aux bambins par un immense atrium. Cet atrium sert à la fois de lieu d’accueil et de jardin d’hiver. « Il est très lumineux et tellement grand que les enfants pourront même y faire du vélo! », détaille Élisabeth Guillaume.

Les autres espaces sont répartis en étoile autour de cet atrium: chaque service est doté de deux dortoirs, d’un local de soins, d’un espace de jeux… « Chacun a son univers propre, mais tous les services sont connectés par des portes intérieures. » Un circuit de voiture dessiné sur le sol, des jeux en bois, des tipis à l’extérieur… Tout a réellement été pensé pour plaire aux enfants et faire en sorte qu’ils s’y épanouissent afin de pouvoir prendre leur envol lorsqu’ils quitteront l’«Arbre aux papillons». « L’idée est vraiment que l’enfant soit dans un lieu enchanteur qui prête à l’interaction et qui lui permette de s’émerveiller au monde

Les parents apprécieront aussi sans doute l’accessibilité de la crèche et les larges horaires d’ouverture (de 7h30 à 18h30), sans oublier les petits plats préparés «maison» par une cuisinière qui travaille en circuit court avec la volonté de faire découvrir aux enfants de nouvelles saveurs.

Élodie Christophe

Vlan

Commerces à découvrir