Au pays des ânes du Pays des Collines

VLAN  mercredi 19 septembre 2018 Vlan

FRASNES-LEZ-ANVAING | Le 7 octobre, de 10h à 18h, à l’occasion des journées «Découverte entreprise», l’Asinerie du Pays des Collines vous ouvre ses portes. Elle fêtera également avec vous ses vingt ans d’existence.

Cette exploitation, c’est avant tout une histoire familiale, démarrée il y a vingt ans grâce à Marie Tack. À la suite de la mutation de son époux à Leuze-en-Hainaut, sa famille et elle emménagent à Frasnes. Enfant, elle vivait aux côtés d’ânes. Séduite par le cadre environnant – des prairies à portée de vue–, elle décide d’installer un enclos afin d’y faire vivre quelques ânes.

Depuis les choses ont bien changé. Des quatre ânes, on est passé à 130 bêtes. L’enclos a fait place à plusieurs bâtiments. Et le rêve de Marie est devenu la raison de vivre de toute une famille: elle s’occupe de l’élevage, son époux Olivier gère les aspects administratifs. Quant à Corentin Denys, leur fils, il s’est joint à eux en 2010. Sa spécialité? Le domaine commercial. Sans oublier Louise qui donne un coup de main à la boutique le dimanche. Trois ouvriers les aident: Laura, Lucie et Serge. Une précieuse aide pour les soins apportés aux animaux, l’entretien des bâtiments, la traite des ânesses, etc. Et tout ce petit monde semble évoluer paisiblement dans un cadre idyllique.

L’asinerie, c’est un élevage. Pour ceux qui aimeraient eux aussi avoir un âne dans leur jardin. Corentin Denys explique: «Nous sommes spécialisés dans les ânes de grande taille.» Le jeune homme avance dans un des bâtiments et présente plusieurs animaux. Se rapprochant beaucoup de la taille des chevaux, ces animaux n’en demeurent pas moins des ânes: «Ma maman a créé une nouvelle espèce, l’âne du pays des Collines.» Un savant mélange entre plusieurs races du bassin méditerranéen. De grands animaux à la robe grise ou beige, aux pattes zébrées, arborant fièrement sur leur dos une délicieuse croix de Saint-André. Il ajoute: «Notre race ressemble beaucoup aux ânes sauvages.» Elle s’exporte aussi beaucoup: en Norvège, en Suède, en Suisse mais aussi en Belgique.

Ici, en plus de la vente des «baudets», on exploite le lait des ânesses. Avec respect. Pas question de maltraiter ces charmantes bêtes plus belles les unes que les autres, attendrissantes par leur curiosité et leur confiance envers l’espèce humaine. «Nous ne soumettons nos ânesses à la reproduction qu’à l’âge de cinq ans. Les petits et leurs mamans ne sont séparés que quand l’ânon atteint l’âge de deux mois, minimum. La séparation ne se fait qu’en journée, nous permettant ainsi de faire la traite. Le petit continue à être nourri avec des granulés et du foin. En fin d’après-midi, les petits et leurs mamans sont réunis. De cette façon, ils peuvent téter la nuit.» Ensuite, ils laissent faire la nature. Aucun n’est sevré de façon brutale.

Ce 7 octobre sera une journée exceptionnelle, destinée à toute la famille. Vous pourrez vous balader parmi ces adorables animaux, les brosser, assister à la traite manuelle des ânesses, vous immerger dans le monde des ânes parmi la multitude des espèces présentes et découvrir une large gamme de produits de soin plus tentants les uns que les autres.

Sandra Zatloukal

Portes ouvertes le 7/10 de 10h à 18h et chaque dimanche de 14h à 18h, 3 Château les mottes à Frasnes-lez-Anvaing. Téléphone? 069/87.50.44 – Site?

www.asineriedupays

descollines.be/

Vlan

Commerces à découvrir