VLAN  lundi 6 août 2018 Vlan

JEAN-CLAUDE HOFERLIN |

Lundi 30/7. Il y a tout juste 20 ans, j’écrivais ce qui suit : « … Mes enfants voudraient que je me fasse peroxydé, c’est-à-dire faire teindre mes cheveux en jaune (plutôt jaunâtre !) à l’instar des… stars du foot et du show-business ! Il n’en est pas question ! Je reconnais être passé par de nombreuses stades de « paternité » dont le premier fut « père-pette » à l’époque où les couches-culottes n’existaient pas. Plus tard, je fus successivement père formant, père sévère, père vert et même père missionnaire ( à l’armée !). J’ai honte d’avouer que je fus parfois père mutant, père sans et même père rond ! A présent, je reconnais que je suis plutôt père siffleur au risque d’être père sona non grata ! Mais père oxydé, ça jamais !»

Mardi 31/7. Cinéma. « Au poste ». Comme nous n’avons pas la climatisation à la maison, nous avions décidé de jouir de celle d’une salle de cinéma ! Ce film était unanimement encensé par la critique pro et Benoit Poelvoorde était censé lui apporter une bouffée d’air frais que d’aucuns auraient apprécié. Hélas, nous sommes sortis littéralement refroidis de ce cocktail de loufoqueries sophistiquées que les critiques ont assimilé à une pépite absurde irrésistible. Je soupçonne les producteurs d’avoir arrosé autre chose que leur jardin car cette histoire peu crédible et surréaliste ne plaira qu’aux amateurs de l’humour noir et décalé. Si voir, dès le début, un chef d’orchestre en slip rouge diriger un orchestre philarmonique à la campagne vous décape l’hypothalamus, si entendre sans arrêt un tic de langage (« c’est pour ça ») déclenche vos stimulus, si voir sortir de la fumée de l’estomac d’un policier déclenche vos zygomatiques, alors courez vite voir « Au poste » qui, heureusement (pour nous !) ne dure que 73 minutes ! Mais tous les goûts sont dans la nature !

Mercredi 1/8. Un lecteur m’a fait remarquer que j’avais fait une faute d’orthographe dans ma dernière chronique où j’écrivais : « Pommard m’a tuer » ! Il faut savoir que ce titre de film biographique dont le titre est en réalité « Omar m’a tuer » est une phrase d’accusation retrouvée en lettres de sang près du corps sans vie d’une dame ( Ghislaine Marchal) domiciliée à Mougins. C’était en juin 91 ! Cette inscription est restée célèbre pour la faute de grammaire qu’elle contient ; l’accord correct étant « Omar m’a tuée » puisque la victime était une femme ! « Tuer » : voilà un verbe qui, comme tant d’autres, est utilisé au sens propre ( !) comme au sens figuré ! C’est ce qui fait la richesse de notre langue ! C’est ainsi qu’il m’arrive régulièrement de tuer ! Des mouches, des microbes, un match… Les Diables auraient dû le tuer contre la France car ils avaient les armes nécessaires ! Par contre, j’ai renoncé à tuer le temps car c’est lui notre véritable ennemi qui finira par nous tuer ! Je préfère encore me tuer au travail !!! Zut ! J’ai oublié que Lady Dée allait me relire.

Jeudi 2/8. Le « rnifling » de la semaine.

Famille de mots, famille de maux. Ne confondez pas « L’école c’est mon dada » avec « Les cols, c’est mon dada » !

Les plaisirs disparus : « Composer un album-photos prises avec un Kodak » !

Le jumelage de la semaine : José-Ethe-Alle-Heyd-Asse-Ciney-Ave-Heyd-Lo.

Nouveau : la voiture avec les clignotants en option ! Pour les conducteurs qui se foutent de signaler leur changement de direction.

Les plaisirs disparus : mettre sa « chiclette » derrière l’oreille pour la remâcher plus tard !

Quand Lady Dée…lire : « Chou ! Je monte toujours ! Je vais chauffer ta place dans le lit » !

Vendredi 3/8. Quand les titres font l’pitre.

« Jean-Michel Saive a monté le Ventoux » ! Et alors ? Pas plus tard qu’hier, je l’ai monté aussi ! De la cave au salon ! Est-ce que je me hausse du col, moi ?

« Junker et Trump désamorcent le conflit commercial » ! Paraît que l’un des deux était bourré… de bonnes intentions !

« Sanctionné parce que ses chiens de garde aboient » ! Mais tous les propriétaires de chiens qui aboient vous diront que ce sont des chiens de garde !

« Un congé payé de 10 jours pour les femmes battues » ! Et combien pour les hommes battus ?

« Une cane photographiée avec 76 canetons à sa suite » ! Un véritable festival !

Samedi 4/8. Dialogue de lourds.

Echo : T’as bien aimé le tour de France ?

Rnifleur : Lequel ? Son tour de taille ou de poitrine ?

Vlan

Commerces à découvrir