Quelles solutions pour le Radicalisme?

VLAN  mercredi 11 juillet 2018 Vlan

NOS LECTEURS NOUS ÉCRIVENT |

Ces dernières semaines ont été dramatiques avec l’attentat à Liège et les communiqués via presse interposée de certains dirigeants politiques au sujet de la gestion des prisons, de la radicalisation de celle-ci et du problème des libertés conditionnelles.

Certains proposent même un Guantánamo bis ou même une prison flottante en mer.

Ainsi, certains veulent instaurer la prison à perpétuité car nous serions en état de guerre. N’oublions pas que nous sommes dans un État de droit et démocratique et que nous devons gérer cette problématique.

Bien entendu dans une dictature, le problème est vite réglé. Il y a 20 ans, dans notre pays, il y avait moins de radicalisés mais il y avait un service militaire obligatoire pour toutes les couches de la société. Bien sûr, il serait difficile de rétablir un tel service vu la disparition de beaucoup d’infrastructures et d’après certains, le coût serait trop élevé (bien que ce que l’on dépense actuellement pour la sécurité dépasse ce que cela a coûté en termes de service militaire). Mais ne serait-il pas possible d’établir un service civil obligatoire?

D’autre part, déradicaliser quelqu’un est presque impossible (quand P. Carette, le leader des CCC est sorti après 17 ans de prison, il avait toujours le poing levé et avait toujours les mêmes convictions) mais il n’avait plus de terreau, il n’était plus dangereux. Or actuellement, le terreau de toute cette radicalisation, c’est, depuis plus de 50 ans, le conflit Israélo-Palestinien avec le scandale de Gaza.

Pour les jeunes, Gaza représente l’injustice dans le monde et c’est le prétexte nº 1 pour leurs dérives,

Or nos dirigeants, sous prétexte d’être qualifiés d’antisémites réagissent trop mollement face à ce gouvernement d’extrême-droite en Israël et ces colons extrémistes (la population israélienne «normale» n’est pas mise en cause.)

Pour les radicalisés sortant de prison? Pourquoi, ne pas créer une espèce de camp para-commandos avec des anciens chefs militaires pré-retraités (on est pensionné à 56 ans à l’armée) qui ne demanderaient pas mieux de s’occuper de ces jeunes pendant un an, de leur enseigner le sport à outrance et les règles de bonne conduite en cas de conflits idéologiques, dans des conditions extrêmes. Un vœu pieu!

Maréchal Roger, Chôdes

Vlan

Commerces à découvrir