La Petite Gazette

VLAN  mardi 3 juillet 2018 Vlan

RENÉ HENRY |

La Petite Gazette sauvegarde et partage vos souvenirs

Il arrive régulièrement que des lecteurs, ayant procédé au tri du contenu d’un tiroir ou d’une armoire, m’en confient le contenu (photos, vieux papiers, coupures de presse…) sachant qu’il n’intéressera pas leur descendance et se disant que je pourrai en tirer de quoi alimenter cette Petite Gazette. C’est ce que vient de faire une fidèle lectrice d’Aywaille, qui se reconnaîtra et à qui j’adresse encore mes chaleureux remerciements. Parmi les vieux papiers de cette dame, j’ai trouvé cette petite coupure de presse, sans doute extrait d’un journal régional, datant de l’après-guerre et particulièrement évocateur d’un quotidien que nous avons évoqué à plusieurs reprises dans nos colonnes en publiant vos souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale.

Ocquier souvenirs:

Pendant la guerre, mon ami Jules faisait comme moi et beaucoup d'autres chefs de famille: il faisait ce qu’il pouvait pour aider au ravitaillement des siens. Il possédait une brebis et une chèvre. La brebis faisait parler d’elle en bien mais la chèvre ne donnait pas satisfaction: elle était maigre, vieille et ses vaisseaux lactifères étaient séchés. Après discussion, il fut convenu de livrer la chèvre au Cheptel à Barvaux.

Mon ami Jules aurait pu en tirer parti mais elle était si vieille, si coriace! Un beau jour, la chèvre est expédiée par camion à Barvaux avec d’autres animaux. Quelques jours se passent et une lettre de l’organisme Cheptel annonce que la chèvre est arrivée en piteux état et qu’elle était morte. L’affaire était classée… seulement pas pour le propriétaire… il ne savait que penser et conserva un très mauvais souvenir de cette administration. Aussi, il jura qu’on ne recevrait jamais plus rien de lui au Cheptel. Le brave homme aurait bien voulu acheter une vache… mais… actuellement cela est fait… Par prudence, il a attendu que le marché de la viande soit libre… Croyez-moi, la vache est à lui et malheur à qui voudrait, même en blaguant, demander la carte d’étable et toute vexation du régime de guerre. D’ailleurs, l’ami Jules a des amis et il sait qu’il peut compter sur eux!

Au-delà de la forme de cet articulet à la rédaction hésitante et naïve, son contenu rappelle une des préoccupations principales de cette époque de guerre: le ravitaillement et les sévères réquisitions de l’occupant. J’ai très souvent entendu parler du «Cheptel» et, presque toujours, son évocation donnait lieu à d’étonnantes histoires montrant l’ingéniosité de nos anciens pour échapper ou du moins contourner les exigences allemandes. Un des procédés le plus souvent utilisé était de «valoriser», dans plusieurs familles, le même veau mort-né qui était exhibé aux contrôleurs, parfois après avoir été «maquillé», pour justifier l’impossibilité matérielle de satisfaire aux obligations décrétées par l’administration de l’occupant allemand.

Vous connaissez sans doute pareille histoire, est-ce que vous les partagerez avec les lecteurs de La Petite Gazette, je le souhaite vivement et vous en remercie à l’avance.

Un but de promenades pour cet été: Tilff et la boucle de l’Ourthe

Jusqu’au 09 septembre, les superbes photos de Marc Mainville sur «La Boucle de l’Ourthe» sont exposées à l’office du tourisme de Tilff place du Roi Albert 9 – du mercredi au vendredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h et les weekends de 9h à 13h et 14h à 18h.

Deux dates particulières à noter: 10 Août Journée des Familles et animations gratuites et le 25 Août Rendez-vous à 9h30 à Esneux Rue de l’Athénée, près du pont d’Esneux, pour une randonnée d’un jour de 21km (Gratuit). Il y a possibilité de faire +-9.0 km le matin. A +-12h30, on accueille les randonneurs de l’après-midi au même endroit pour +-11.5 km.

Cette randonnée est en relation avec l’exposition de photos. Le matin nous partirons dans le parc du Mary jusqu’au Rond Bâti. L’après-midi, nous irons par le village de Ham, Beaumont, pont sur l’Ourthe (photos), remonter sur le sentier des crêtes, pour arriver à la Roche aux Faucons (photos), redescendre à la Rosière et terminer le long de l’Ourthe.

Vlan

Commerces à découvrir