Un nouveau vignoble familial a vu le jour

VLAN  mardi 12 juin 2018 Vlan

SART-DAMES-AVELINES | Depuis 2016, un Sartois d’adoption et sa belle-mère se sont lancés dans un challenge un peu fou: développer un vignoble familial. Il y a quelques semaines, ils ont d’ailleurs planté leurs 5.000 premières vignes. Ils espèrent, obtenir un vin blanc de qualité d’ici 3 ans !

On dit souvent que quand on se marie, on épouse aussi sa belle-famille. Et parfois ce «deuxième mariage» peut s’avérer bien plus compliqué que le premier. Pour Arnaud Duchêne, c’est tout le contraire. Car ce Carolo d’origine, qui a épousé une Sartoise, s’est lancé dans un défi peu banal avec sa belle-maman. Avec cette dernière, Viviane Cleiren, ils se sont mis en tête de mettre sur pied un petit vignoble familial baptisé «Coteaux des Avelines».

Un projet original qui a germé en 2016 et qui a accueilli ses premières vignes à la mi-mai de cette année. «C’est ma belle-mère qui a eu cette idée en premier, elle cherchait en fait un nouveau challenge pour exploiter les terres agricoles familiales, explique Arnaud Duchêne. Elle en a alors parlé avec mon épouse qui s’est dit: Tiens ça devrait certainement intéresser Arnaud . Et elle avait raison, car j’ai dit oui tout de suite»

Du vin blanc effervescent

Le duo s’est alors posé quelques questions quant à la faisabilité du projet. «On a réfléchi à l’investissement, tant financier qu’au niveau du temps, on a ensuite analysé la composition du sol pour voir ce qu’il y avait moyen de faire. Et on a décidé de se diriger vers des cépages résistants, qui représentent une option plus bio et durable». Cinq cépages seront présents sur la parcelle d’un hectare dédiée au vignoble : du Solaris, du Johanniter, du Muscaris, du Souvignier gris et du Bronner. Des types de vignes qui permettront à Viviane et Arnaud d’obtenir des assemblages de vins blancs tranquilles et effervescents. «Mais très différent du Rufus par exemple, car le sol n’est pas du tout le même».

Et l’on peut dire que le projet avance bien, car les premières vignes ont été plantées au début du mois de mai. «On a déjà planté les quatre premiers cépages, 5.000 pieds en tout. Le Bronner, il n’y avait plus moyen de s’en procurer pour le moment, il sera donc planté en 2019», ajoute Arnaud.

Les premières vendanges des «Coteaux des Avelines» sont, elles, espérées en 2020, même si le duo table plutôt sur 2021. « On devrait y arriver dans les deux ans, mais ces premières vendanges compteront pour du beurre à mon avis. Ce sera beaucoup plus qualitatif dans trois ans ».

La qualité qui semble être le maître mot du projet pour Arnaud Duchêne. « Un hectare, c’est déjà très grand. Ca nous permettra de faire un «test» grandeur nature tout en gardant à l’esprit qu’on privilégiera toujours la qualité au rendement. De toute façon, si l’on voulait en vivre, il faudrait avoir une parcelle au moins 15 fois plus grande. Et ce hobby qui nous prend déjà énormément de temps, nous empêcherait de faire autre chose, ce qui n’est pas du tout notre but ».

Une aide venue de Champagne

Pour s’assurer d’obtenir un produit de qualité, la seule bonne volonté n’est pas suffisante. Le duo se fait d’ailleurs conseiller par la Conférie du Vignoble de l’Abbaye de Villers-la-Ville ainsi que par les nombreux petits vignerons passionnés de Wallonie. « Un microcosme se développe actuellement. Et la plupart des domaines qui existent déjà sont ouverts aux conseils et aux coups de main, comme les Domaines du Chapitre situé à Baulers ou du Chenoy (Émines), se réjouit Arnaud Duchêne. Il n’existe pas de concurrence, ce qui crée une grande famille ». En plus de ces conseils, Viviane et Arnaud reçoivent aussi une aide précieuse venue d’un œnologue champenois. « Il ne peut se déplacer à chaque fois, mais il nous conseille et nous apprend les gestes de base ainsi que les techniques du métier. On a déjà prévu d’aller faire un stage chez lui au moins une fois pour perfectionner les bases».

Une technique qui sera d’autant plus importante que le duo ne s’est pas facilité la tache en décidant d’implanter 5 cépages différents sur leur vignoble. « Ces cépages arriveront à maturité à différents moments, ce qui nous obligera à faire de nombreuses petites vendanges. Une difficulté qui nous permettra également de faire de nombreux assemblages différents et de continuer à tester, ce qui est pas mal pour la suite ».

De la suite dans les idées, Arnaud Duchêne en a, c’est une certitude. Car s’il faudra attendre 2 ou 3 ans pour goûter du vin made in Sart-Dames Avelines, il pense au futur du vignoble. « On est situé à 4 km seulement de l’Abbaye de Villers. Et derrière notre parcelle s’étend une zone Natura 2000. On pourrait imaginer y organiser des ballades tout en faisant découvrir le domaine ».

G.VBG

Infos Page Facebook «Coteaux des Avelines» - www.coteaux-des-avelines.be

Vlan

Commerces à découvrir