Son rêve? Faire de Stavelot une ville littéraire

VLAN  jeudi 24 mai 2018 Vlan

STAVELOT | Stav’lire, c’est ce dimanche, sur l’esplanade de l’Abbaye cette fois. Robert Coeckelbergs aimerait encore faire évoluer l’événement pour que Stavelot devienne un vrai pôle littéraire.

Cela fait 17 ans que Robert Coeckelbergs, à travers l’asbl Stavelot Promotion, invite les passionnés de lecture à participer à Stav’lire, cette grande foire aux livres stavelotaine. Cette année, les bouquins se vendront directement depuis l’esplanade. Une vingtaine d’exposants seront ainsi présents de 7h à 18h ce dimanche 27 mai pour vendre romans, bandes dessinées et autres histoires couchées sur papier. « Les bouquinistes sont très heureux d’aller sur l’esplanade, c’est un endroit agréable et plus visible où il y a plus de passage

Pendant quinze ans, des auteurs reconnus se sont succédé à cet événement: Armel Job, Pierre Kroll, Servais… Mais cette année, Stav’lire accueillera deux auteurs régionaux, précise Robert Coeckelbergs. « Le jeune stavelotain Kevin Galle présentera son livre intitulé Demain, il pleut. Le Malmédien Michel Ninin viendra également parler de ses récits

Robert Coecklbergs a été inspiré du village de Redu, qui organise depuis de nombreuses années son festival du livre à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur des maisons et librairies, pour sortir Stav’lire des caves de l’Abbaye. Mais il ne souhaite pas s’arrêter là. « Mon vrai but est que cette petite foire du livre embraie sur d’autres événements où, chaque dimanche, les magasins vides deviendraient des librairies de passage. Je ne veux pas que Stavelot devienne un petit Redu, mais je trouve que notre ville se prête bien à des choses comme ça. J’aimerais qu’on devienne une référence au niveau littéraire, que cela permette d’attirer des gens dans le centre-ville, que les gens se disent «Tiens, le dimanche, je peux aller à Stavelot acheter de vieux bouquins», comme ils se disent qu’ils vont à la batte à Liège ou à Bomal. Ici, le dimanche matin, il n’y a rien de vraiment particulier. Je voudrais attirer les visiteurs par quelque chose et notamment la littérature.» Ce type d’événement, il l’a déjà vu concrétisé en Flandre, où les passants s’arrêtent dans plusieurs maisons pour acheter des bouquins ou déguster un petit verre de manière conviviale.

À travers cet appel, Robert Coeckelbergs espère trouver des personnes motivées qui le suivraient dans son idée. L’hameçon a déjà mordu chez les jeunes puisqu’un autre événement littéraire se déroulera à Stavelot cet automne. « Nous allons organiser, avec la Maison des Jeunes le Grenier, en septembre ou octobre, un week-end du livre et du vinyle dans les caves de l’Abbaye. C’est aussi important d’impliquer les jeunes qui lisent sans doute moins qu’avant, et de leur montrer l’importance du plaisir de la lecture et de la découverte.» Selon lui, mettre la littérature au centre de Stavelot, déjà réputée pour ses activités culturelles, ça a tout son sens. « Nous avons Apollinaire tout de même

Élodie Christophe

Vlan

Commerces à découvrir