Le Festival des 5 saisons accueille 5 nouvelles œuvres et investit le Pavillon Fourmarier

VLAN  mardi 15 mai 2018 Vlan

CHAUDFONTAINE | Cinq nouvelles œuvres permanentes intègrent cette année le parc. Elles sont réalisées par les artistes Diane Benoit du Rey, Charlotte Burtin, Florence Lenain, Benjamin Testa, Lut Vandebos et Niko Van Stichel.

Prenant place au cœur du Parc de Hauster, le Festival des 5 saisons, créé en 2009 à l’initiative de la Commune de Chaudfontaine, présente en Belgique l’originalité d’être le seul événement permanent dédié à la création contemporaine paysagère et artistique.

A travers l’installation d’œuvres d’art et la conception de jardins thématiques, le Festival des 5 saisons sensibilise un large public à la nécessité de préserver et de valoriser notre environnement. Il fait aussi découvrir de manière inédite l’art contemporain et la place grandissante des préoccupations environnementales dans les pratiques artistiques actuelles.

Depuis 2017, le Festival des 5 saisons a pris un nouvel envol et affiche ses ambitions: devenir un lieu de référence incontournable pour la création artistique dans le milieu naturel, s’étendre au fil des futures éditions plus largement sur le territoire et la vallée de la Vesdre.

Nouveauté de 2018, le Festival investira de manière permanente le Pavillon Fourmarier, un lieu architectural patrimonial remis ainsi en valeur.

Le Pavillon Fourmarier

Conçu en 1962 par l’architecte Charles Lacrosse, ce pavillon accueille dans le cadre du Festival des 5 saisons une programmation d’expositions temporaires conçues pour être vues, en permanence, de l’extérieur. C’est Gaëlle Dornier qui a investi avec ses sculptures cet espace depuis le 3 mai.

Cette vitrine artistique servira aussi ponctuellement de lieu d’accueil pour des événements, des initiatives et performances en lien avec le festival.

Le Parc de Hauster et le Parc des sources

Le Parc de Hauster, intégré dans l’écosystème de la vallée de la Vesdre, est un lieu unique et exceptionnel, lové entre un méandre de la rivière et un bief paisible, au pied des collines de Chaudfontaine. Avec ses arbres remarquables, ses petits ponts, ce magnifique écrin suscite surtout l’imaginaire et la créativité des artistes.

Au Parc de Hauster comme au Parc des sources, l’intégration d’œuvres d’art se fait dans le plus profond respect de la nature. Le parc ne sert pas de toile de fond aux œuvres, il dialogue avec elles et tend à former un tout cohérent. L’intention est de valoriser l’environnement naturel en nous amenant à nous questionner sur les liens que nous entretenons avec lui et à nous rendre attentifs aux plus infimes transformations et aux effets du passage des saisons. Les œuvres, souvent ludiques, révélent le rôle et l’implication de tous au quotidien pour préserver les milieux naturels et la planète.

L’édition 2018

Les œuvres sont créées, sur place, par des artistes reconnus ayant un parcours international ou de jeunes artistes émergents, souvent déjà lauréats de prix artistiques.

Un temps décriée et ringardisée, la céramique fait son grand retour dans le champ de l’art contemporain et entre également au Festival des 5 saisons avec l’œuvre de Florence Lenain. Cette artiste a développé un travail artistique très original visant notamment à rendre l’effet du lichen et des mousses sur les rochers. Ses sculptures minérales quasi mimétiques se fondent dans l’élément naturel. Elles permettent par la même occasion de mettre en valeur un élément du patrimoine calidifontain: les anciennes glacières à glace naturelle du Parc de Hauster.

Habitué aux interventions dans l’espace public et la nature, le duo artistique, Niko Van Stichel et Lut Vandebos, a déjà réalisé de nombreuses œuvres en Belgique, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande… Leur travail artistique a une dimension architecturale et comporte souvent une vision décalée ainsi qu’une touche d’humour ou un parfum d’enfance, comme ici au Parc de Hauster avec leur kaléidoscope géant

Diane Benoit du Rey introduit pour la première fois au Festival une œuvre picturale qui réhabilitera un élément disgracieux du parc, une cabine technique. Partant des huit facettes de celle-ci, l’artiste fait référence aux fabriques présentes dans les jardins du XVIIIe siècle et peint en miroir sur chaque panneau un morceau du paysage qui lui fait face, en travaillant sur les perceptions.

Charlotte Burtin est originaire de l’île de Houat dans le sud de la Bretagne, où la nature sauvage domine encore. Elle avait présenté en 2017 Cyclotomique, une œuvre appréciée par les visiteurs. La variété des paysages lui inspire un respect et un émerveillement vis-à-vis de la nature ainsi qu’un intérêt pour les sciences et en particulier l’astronomie. Cette fois, elle revisite de manière contemporaine avec un ensemble de sculptures les alignements de pierre et les menhirs

Benjamin Testa, diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, a un large parcours international. Au Parc de Hauster, une cabane, réalisée en bois, gît au sol et de grands arcs en acier décrivent sa chute. L’artiste utilise ici les codes de la bande dessinée et fige dans une sculpture différents moments d’une action. L’habitat haut perché, d’ordinaire destiné aux rêveries enfantines, semble avoir défié les lois physiques, bondit et rebondit, pour tracer une trajectoire imaginaire et dessiner un paysage fantastique.

Le Festival des 5 saisons vivra tout au long de l’année avec divers événements proposés et de nouvelles initiatives, comme la création du Prix du Festival des 5 saisons dont nous reparlerons très prochainement.

www.festival5saisons.org

Vlan

Commerces à découvrir