Vers le chemin de l’emploi

VLAN  mercredi 2 mai 2018 Vlan

FLÉMALLE | Grâce au programme de formation «Au Blé Tendre», des personnes bénéficiant du CPAS apprennent à travailler pour des structures pratiquant la cuisine de collectivité et ont ainsi une chance de trouver un emploi par la suite.

Crêpes sucrées et salées, miches au fromage et jambon, cake et smoothie, de quoi faire le plein d’énergie pour affronter les 4 ou 8 km de balade du challenge printanier qui était organisé, pour la 2e année, au départ du plateau des Trixhes le 15 avril dernier. Ce sont les stagiaires du programme de formation Horeca «Au Blé Tendre» qui ont régalé les marcheurs. Ce sont eux également qui ont préparé le barbecue qui a été servi aux marcheurs, à leur retour, pour un prix dérisoire. Ce programme de réinsertion socio-professionnelle a été créé il y a quelques années, grâce à des fonds européens, au sein du CPAS de Flémalle. Il s’adresse aux Flémallois et Flémalloises dépendant du CPAS auxquels il est proposé, dans le cadre du suivi de leur dossier, de suivre cette formation. L’occasion est ainsi donnée à des jeunes (dès 18 ans) et moins jeunes peu qualifiés ou éloignés du monde du travail de s’insérer ou se réinsérer dans la vie active avec comme objectif, à terme, de décrocher un emploi.

« Il y a deux cycles de formation par an, qui accueillent entre 10 et 12 personnes qui sont encadrées par un professionnel de l’Horeca engagé à temps plein. Après une partie théorique de 4 mois, elles vont réaliser des stages au sein de structures pratiquant la cuisine de collectivité comme l’hôpital du Bois de l’abbaye. L’objectif pour ces personnes est d’obtenir ce qu’on appelle l’article 60 en vue de se réinsérer dans le monde du travail », explique Christine Cuyvers, responsable du service social du CPAS de Flémalle.

Pas pour les particuliers

Quoi de mieux pour améliorer une formation que de placer les apprenants en situation réelle… C’est ainsi qu’on les retrouve, en compagnie de leur formateur, lors de divers événements organisés sur la commune. C’était le cas à ce challenge printanier où ils ont préparé un barbecue pour plus de 300 personnes mais aussi à l’inauguration de la nouvelle salle du comité des fêtes de Souxhon début mars ou encore à la fête de la lumière au Centre wallon d’art contemporain La Châtaigneraie en décembre dernier. Non seulement ils peuvent ainsi mettre en pratique ce qu’ils ont appris mais ils sont également « mis en confiance et valorisés, ce qui les motive à apprendre davantage. Il m’est arrivé d’être interpellée par des personnes me demandant de quel traiteur il s’agit afin de pouvoir faire appel à ses services… Preuve qu’il s’agit d’un service de qualité. D’ailleurs, notre programme est reconnu auprès des structures au sein desquelles nous plaçons des stagiaires », souligne fièrement Catherine Mégali, présidente du CPAS de Flémalle.

Autant le savoir, cependant, les particuliers ne peuvent faire appel à l’équipe pour assurer le repas et le service à l’un ou l’autre événement privé… S’agissant en effet d’un programme bénéficiant d’un financement public, l’équipe n’est pas autorisée à «vendre» ses services. Raison pour laquelle, précise Christine Cuyvers, le tarif fixé pour le barbecue lors du challenge printanier était à prix coûtant. Une participation financière dérisoire, en effet, puisqu’elle était de seulement 3€ pour une assiette composée de viandes/poisson, pomme de terre, pâtes/riz et crudités!

« C’est aussi une manière de montrer aux personnes qui n’ont pas beaucoup de moyens qu’il est tout à fait possible de réaliser de bonnes choses sans dépenser trop d’argent », concluent les deux femmes.

Natau

Vlan

Commerces à découvrir