«Je voudrais créer davantage de bières éphémères»

VLAN  mercredi 2 mai 2018 Vlan

MALMEDY | À la brasserie de Bellevaux, Tom Schuwer ne manque pas d’idées pour concocter de nouveaux breuvages. Ce printemps a été l’occasion de proposer une nouvelle bière, la Primavera.

Outre sa gamme de bières classiques, la brasserie de Bellevaux confectionne régulièrement de nouvelles saveurs, qu’elles soient fruitées ou issues des tendances américaines. Cette année, Tom Schuwer s’est inspiré du sud en créant une bière avec la brasserie italienne Pico. « L’année dernière, nous avons rencontré deux brasseurs italiens à la Cité de la Bière à Liège. Le courant est bien passé et ils sont venus visiter notre brasserie. Cette année, comme ils faisaient un stage à Bruxelles, ils ont demandé s’ils pouvaient revenir chez nous et nous avons décidé de faire un petit brassin ensemble. » Pas de parmesan ou d’origan dans cette bière aux saveurs italiennes, mais simplement un mélange des deux inspirations des brasseurs. « C’est une bière pour le printemps, moins forte – à 6,2% d’alcool–, mais avec un caractère floral. Nous voulions qu’elle soit fraîche, un peu houblonnée, mais pas trop, réalisée à base d’un houblon spécial américain », détaille Tom Schuwer.

Une fois la recette définie, 2 000 litres de la Primavera ont été brassés. 1 000 litres peuvent être dégustés à la brasserie de Bellevaux depuis la mi-avril et l’autre moitié est repartie en Italie, à Milan. « Ils n’ont pas de brasserie fixe, mais un bar mobile poussé par des vélos qu’ils peuvent déployer dans les parcs ou dans la rue.» Un concept que Tom a bien envie d’aller découvrir quand il en aura l’occasion.

Tester de nouvelles saveurs, ça plaît beaucoup au jeune brasseur. « J’aimerais bien commencer un système où je brasserais des bières différentes, hors de notre gamme classique. Je souhaiterais proposer toujours une bière supplémentaire dans une édition limitée avec une étiquette personnalisée.» Après la Primavera, Tom se lancera à nouveau dans la confection d’une bière fruitée, sans doute dans le même style que celle aromatisée à la framboise, sortie l’année dernière. Ces bières seraient uniquement vendues à la brasserie, comme c’est souvent le cas actuellement. Cela lui permet de vendre ces bières, plus chères à la fabrication, au même prix que les autres. « J’aimerais en brasser une dans des fûts de bourbon. Mais ça coûte 200€/pièce, ce qui fait 1000€ de frais pour 1000 litres de bière. » Impossible donc de vendre ce type de bière en commerce sans faire exploser le prix de la bouteille. « Et puis, j’aime bien avoir des exclusivités pour les gens qui viennent à la brasserie! »

Des bières éphémères qui pourraient bien être conçues à partir d’un houblon cultivé à Bellevaux d’ici quelques années. « Je viens de terminer ma houblonnière dans laquelle j’ai placé 40 plants d’houblon. J’aimerais bien en récolter assez pour, à terme, proposer une nouvelle bière propre à la brasserie, qu’on ne vendra qu’ici et qui sera vraiment quelque chose de spécial. » La récolte est prévue en septembre, mais Tom craint que cette première fournée ne soit pas suffisante. « Il faudra peut-être attendre trois ans pour que ça donne vraiment quelque chose. »

Une chose est certaine, Tom Schuwer ne manque pas d’idées et de projets. « J’ai aussi envie d’acheter un bâtiment à Malmedy pour ouvrir un petit commerce, en parallèle de la brasserie. Il serait destiné à la vente de bières, d’alcool ou de café… Cela me permettrait d’avoir une deuxième source de revenus et un projet qui pourrait, au final, se porter tout seul. J’ai plusieurs idées, mais rien d’encore établi définitivement

Élodie Christophe

Vlan

Commerces à découvrir