Une vie d’engagement

VLAN  mercredi 2 mai 2018 Vlan

CHARLEROI | Elle pourrait jouir, comme on dit, d’une retraite bien méritée… Mais les injustices du monde n’ont jamais cessé de la révolter. Son combat actuel: un accueil humain de ceux qui ont dû quitter leur pays.

Née en 1946 à Charleroi Nord, Christiane a été, dès sa jeunesse, préoccupée par les inégalités et la précarité. Et elle a toujours voulu agir, là et comme elle le pouvait, pour les faire reculer.

Que ce soit au syndicat, dans des collectifs ou des associations, l’engagement fait partie de sa vie: «Je suis effrayée et inquiète du monde qu’on présente aux jeunes, des murs qui s’élèvent, des conditions de vie de certains… C’est tout le contraire de ce que l’on m’a appris.»

Son père, verrier, a hébergé des Hongrois quand les chars soviétiques sont entrés à Budapest en 1956. «Il m’a toujours dit qu’on ne pouvait pas accepter l’injustice».

Elle se souvient de sa participation à des actions comme «Femmes contre la crise», «Touche pas à mon pote» ou encore les marches européennes contre le chômage et la précarité… Mais surtout, elle ne veut pas baisser les bras: «Sinon, on va dans le mur!», dit-elle. «Je n’ai pas envie d’une société où tout le monde «se bouffe», où on pousse à la compétition plutôt qu’à l’échange et la collaboration… Parce qu’on s’en sortira ensemble ou on ne s’en sortira pas!»

Quand elle a appris qu’un projet de centre fermé pour étrangers était envisagé à Jumet, près de chez elle, elle s’en est émue: qui va-t-on y enfermer? Des familles? Des enfants? Et pourquoi la réponse à la détresse est-elle répressive plutôt qu’humaine et solidaire? Est-ce criminel de tenter sa chance en espérant une vie meilleure?

Un collectif de citoyen(ne)s s’est constitué pour affirmer que «Notre ville n’a pas besoin d’une prison» mais de culture, d’accueil, de solidarité, de justice… Christiane a tout de suite rejoint ce collectif et c’est elle qui présentera son action lors de la conférence-débat qui aura lieu sur ce thème le jeudi 3 juin à 19h à la Maison du Hainaut.

Elle y sera entourée de représentants de la Ligue des Droits Humains, du CIRE, du CNCD-11.11.11 et de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, le journaliste Nicolas De Decker assurant l’animation du débat.

Chrysline

avec la très précieuse collaboration d’Anne Guyaux. Maison du Hainaut, Quai Rimbaud à Charleroi – Entrée libre – Inscriptions souhaitées. Tout renseignement: SolidaritéCharleroiMigrants@gmail.com ou page FB Solidarité Charleroi Migrant(e)s

Vlan

Commerces à découvrir