Trop de mégots près des écoles

VLAN  mardi 3 avril 2018 Vlan

MARCHE-EN-FAMENNE | Les Marchois ont récuré leur territoire, dont les abords de deux écoles, inondés de mégots. Les élèves vont-ils à leur tour enfiler les gants?

Une trentaine de citoyens marchois soucieux de leur environnement, a répondu le samedi 24 mars à l’invitation de la Ville de Marche, afin de participer au Grand Nettoyage de Printemps. Après s’être vu remettre gants et autres sachets au Service Travaux, et avoir été répartis en équipes, les monsieur et madame propreté ont pris la direction du plateau du Gerny, mais aussi des abords de l’Athénée Royal et de l’Institut Sainte-Julie. Alors que le GRIMM, le Groupe d’Intérêt pour le Milieu Marchois, a concentré ses efforts sur la Marchette, le petit ruisseau qui traverse la ville.

«Nous avons ciblé les écoles, pour montrer à quel point les élèves peuvent être sales», insiste Aurélie Grandjenette, agent technique à la Ville.«Nous avons évidemment récolté beaucoup de canettes en tous genres. Mais il y avait surtout énormément de mégots de cigarettes. Nous n’avons pas pu tous les ramasser. Rien n’est encore décidé mais nous allons essayer de mettre une action de nettoyage en place avec les établissements scolaires.»

Quelques membres du personnel communal et des représentants communaux, les échevins Nicolas Grégoire et Mieke Piheyns, composaient aussi les rangs, ainsi que de très jeunes enfants. «On en a profité pour sensibiliser les plus jeunes, notamment sur la problématique des déchets, que nous avons trié une fois ceux-ci récoltés.»

Initiatives spontanées

En parallèle de l’action menée au niveau de la commune, d’autres citoyens marchois ont enfilé leurs gants contre les incivilités. Diverses opérations spontanées ont été menées dans le cadre du Grand Nettoyage de Printemps par le comité de village de Champlon, l’ASBL Fond des Vaulx, l’école libre de Aye, l’école spécialisée de Marloie, et des groupes de particuliers à On et Hargimont.

Bref, on a ratissé large aux quatre coins de la commune de Marche, même si la Ville fait de la propreté son affaire douze mois sur douze. «Notre participation est surtout symbolique», clame Aurélie Grandjenette.«Marche est tout de même une commune très propre. Le Service Cadre de Vie compte neuf personnes, qui œuvrent tout au long de l’année. Vingt personnes travaillant pour l’Agence Locale pour l’Emploi, nettoient aussi l’environnement 45 heures par mois chacune. »

Même si la propreté est évidemment l’affaire de tous les citoyens au sens large, qu’ils soient Marchois ou pas…

Benoît Gueuning

Vlan

Commerces à découvrir