Une société ottintoise avec le Roi au Canada

VLAN  mardi 27 mars 2018 Vlan

LIMELETTE | Parmi la centaine d’entreprises belges accompagnant le Roi au Canada à l’occasion de la visite d’État qui commençait le 12 mars dernier, on recensait six sociétés du Brabant wallon ainsi que le recteur de l’UCL. Pour Philippe Auboyneau, le patron d’Atmosphère et Bois, c’était une première.

Le Roi et la Reine étaient arrivés la veille au Canada. Philippe y conduisait sa quatrième grande visite d’État longue d’une petite semaine de six jours. Parmi la centaine de chefs d’entreprise qui l’accompagnaient se trouvait un petit nouveau, Philippe Auboyneau. Bien que Français aux racines venant de La Rochelle, cet homme a fondé sa société à Limelette, en 2002. Le nom de cette dernière trahit directement son secteur d’activité: Atmosphère et Bois. «Nous récupérons du bois. Pour en faire le négoce, pour le transformer en mobilier ou pour l’utiliser en construction», résume-t-il. «J’ai choisi d’établir sciemment ma société en Belgique. Par stratégie car il y avait une grosse attente au niveau de la décoration chez les Belges. Le pays était aussi plus intéressant que la France au niveau de la communication, du marketing. La Belgique est l’équivalent de trois départements français. C’était attrayant car les Belges achètent leur maison très jeunes. Beaucoup plus jeunes que les Français».

En 2015, il a décidé de monter une deuxième société. «Cette fois, c’était au Canada et avec l’aide de l’Awex. D’où ma présence au Canada et la visite organisée le 13 mars dans nos bureaux d’Ottawa. En fait, j’ai décidé de faire l’inverse de ce que nous effectuons en Belgique». Depuis 2002, Philippe Auboyneau démonte de vieilles granges canadiennes en bois. «Je récupère ce bois que je traite dans nos ateliers à Limelette». Soit il le revend directement dans toute l’Europe, soit il le modifie. «J’ai commencé par produire des maisons de jardin. Puis, nous nous sommes lancés dans l’habillage intérieur et extérieur des bâtiments. Puis, on a fait des planchers, du mobilier…»

Une affaire qui marche bien. D’où son idée de faire l’inverse. «Là, au Canada, je ramène du bois venant d’Europe. Les Nord-Américains sont friands du chêne. Je m’en procure en France, en Pologne, en Autriche… mais tout passe par Limelette. Par contre, je n’ai pas beaucoup de bois qui vient de Belgique. Hormis celui que je récupère dans les anciens wagons de la SNCB». Ce bois part du port d’Anvers par container. Il arrive à Montréal avant de remonter en camion à Ottawa. «On fabrique des panneaux pour les portes, pour les placards. Notre bois vendu au Canada n’est pas à 100% européen mais il est quand même bien majoritaire».

Le succès est, là aussi, au rendez-vous. «Notre showroom est une ancienne grange de 1860 que nous avons fait reconstruire. Nous attaquons notre troisième année et nous doublons chaque fois notre chiffre d’affaires».

Il était normal pour lui d’être de la visite d’État au Canada. «Je vais pouvoir faire part de mon enthousiasme et de mon expérience tout en remerciant l’Awex qui m’a aidé. Avec les gens que je vais rencontrer, je risque peut-être de conclure des affaires. Je vous avoue que je suis heureux d’avoir été sélectionné pour être du voyage avec le Roi et la Reine», confiait-il avant son départ.

Vlan

Commerces à découvrir