Un service de médiation de l’eau pour les précarisés

VLAN  jeudi 7 décembre 2017 Vlan

SOCIAL | Trois députés Ecolo-Groen ont déposé une proposition visant à créer un service régional de médiation destiné à venir en aide aux nombreux Bruxellois qui éprouvent des difficultés à payer leurs factures d’eau.

Avec l’augmentation progressive du prix de l’eau courante, le nombre de Bruxellois éprouvant des difficultés à payer ses factures d’eau n’a cessé d’augmenter. Récemment encore, nous évoquions le fait que la société (intercommunale) Hydrobru avait mis en irrécouvrable pour plus d’un million d’euros de factures impayées et qu’elle n’espère plus voir acquittées.

Depuis des mois, certains élus, le député Emmanuel De Bock (DéFI) en tête, plaident pour une mensualisation des factures, jugeant que payer plus souvent des petits montants est plus facile que de payer en une fois un plus gros montant. Mais, pour Ecolo-Groen, cela ne suffit pas.

« Hydrobru a mis en irrécouvrable pour plus d’un million de factures d’eau impayées, c’est colossal », estime le député Arnaud Pinxteren. Il rappelle aussi les 27.664 plans de paiement demandés en 2016 et les 1.371 coupures d’eau effectuées la même année. « Il faut mettre en place un service alternatif à la seule procédure en justice. C’est pourquoi nous proposons la création d’un service de médiateur, comme il en existe au niveau fédéral pour l’énergie. On pourrait s’adresser à lui quand on ne s’y retrouve plus, entre les rappels, les mises en demeure. » Le député fait aussi remarquer que toutes les coupures d’eau ne sont pas liées qu’à des personnes aidées par les CPAS. « Il y a toute sortes d’usagers de l’eau. Par ailleurs, ce service pourrait aussi gérer les cas de surconsommation, parfois liés à des fuites d’eau

Numéro vert

Le député Vert précise encore que ce type de service existe déjà en France.

C’est pourquoi il vient de déposer au parlement bruxellois, avec ses collègues Magali Plovie et Annemie Maes, une proposition de résolution. Dans ce texte, ils demandent au gouvernement de créer un service disposant de la personnalité juridique, appelé «service bruxellois de médiation de l'eau». Il serait compétent «pour la répartition des demandes et plaintes concernant le fonctionnement du marché de fourniture de l’eau et pour le traitement de tout différend entre un client final et Vivaqua

Le texte demande aussi de créer un numéro vert visant à faciliter l’accès à ce service de médiation. Et il détermine les missions qui lui seraient confiées. Concrètement, il serait chargé d’évaluer et examiner toutes les questions et plaintes des clients finaux ayant trait aux activités de Vivaqua, la société distributrice de l’eau à Bruxelles. Il devrait aussi faciliter la conclusion de compromis à l’amiable entre le client final et Vivaqua. Enfin, il serait encore chargé de formuler des recommandations à l’attention de l’intercommunale « d’initiative ou lorsqu’un compromis à l’amiable ne peut être trouvé

L.C.

Vlan

Commerces à découvrir