Voyageurs d’Asie non, poulet de Thaïlande oui!

ARTICLES JOURNAL VLAN  lundi 9 mars 2020 Vlan

WOLUWE-SAINT-LAMBERT |

Hasard du calendrier. Voici quelques jours, le bourgmestre Olivier Maingain prenait l’initiative de prendre un arrêté interdisant «l’accès aux établissements scolaires, crèches, maisons de repos, centres sportifs fermés, bibliothèques, centres culturels, lieux de spectacle et bâtiments de l’administration communale ou de tout service public sis à Woluwe-Saint-Lambert est interdit à toute personne revenant d’un voyage privé ou professionnel dans une zone à haut risque déterminée par le SPF des Affaires étrangères (Chine, Thaïlande, Hong Kong, Macao, Singapour, Corée du Sud, Iran, Vénitie et Lombardie) pendant les 14 jours suivant le retour en Belgique.»

Or, plusieurs jours plus tôt (avant que le coronavirus ne se déclenche), au conseil communal de sa belle commune, Jean-Claude Van der Auwera (l’un des poils à gratter Ecolo de l’opposition) l’avait interpellé sur l’origine de la viande de volaille servie dans les écoles communales de Woluwe-Saint-Lambert. Une question qu’il relance depuis plus de trois ans (le 23 mai 2016, exactement). À savoir que les viandes de volailles servies dans les cantines scolaires de la commune n’étaient pas à 100% belges, comme prôné par la commune, mais d’autres pays d’Europe et même d’Asie. Face aux enquêtes fouillées du pensionné vert, Sodexo a bien dû reconnaître dans un courrier envoyé à l’administration communale que «seuls 49% de la volaille proviennent de Belgique et des pays limitrophes tandis que 28% proviennent de Pologne et 23% de l’autre bout du monde: ‘Amérique du Sud’ (le pays n’est même pas indiqué) et de Thaïlande.» Et le conseiller Ecolo d’encore voler dans les plumes du maïeur sanlambertin: «Le producteur de ce pays est par ailleurs spécialisé dans l’alimentation halal (c’est d’ailleurs sa dénomination commerciale: Halal Supply). Dois-je ajouter des commentaires sur les enjeux du bien-être animal qui sont posés en matière d’abattage rituel?». En réponse, le bourgmestre en a incombé la faute à autrui dont surtout Bruxelles Environnement qui aurait fourni et approuvé le cahier des charges et certifié la société d’audit Quality Partners.

N’empêche, faire venir du poulet d’Amérique du Sud et de Thaïlande pour fournir des cantines scolaires bruxelloises, cela porte à réflexion…

Julien SEMNINCKX

Vlan