Des alternatives pour un vin zéro déchet

VLAN  mardi 10 septembre 2019 Vlan

BRAINE-LE-CHÂTEAU | Depuis peu, le négociant en vins P. & A. Gelin tente de diminuer sa production de déchets en usant à nouveau de techniques d’antan.

Le Zéro Déchet est une thématique qui fait de plus en plus de bruit. D’ailleurs, il y a peu, ces préoccupations ont résonné jusque dans les murs de P. &. A. Gelin, un importateur, négociant et distributeur de vins pour qui le respect de l’environnement est crucial.

Alors pour diminuer au maximum sa production de déchets – jusqu’à, pourquoi pas, en arriver à une production zéro déchet – l’entreprise a mis en place une série d’alternatives: «Notre démarche s’articule autour de deux grands projets: la Tireuse de produits en vrac au détail et l’Embouteillage de vin en Belgique via un circuit court», annonce la Maison Gelin. Tout un programme.

Pierre Gelin, le directeur, et son équipe précisent ensuite vouloir «vendre au détail de petits volumes de produits biologiques tels que des vins, des alcools et de l’huile d’olive en vrac à prix attractifs». La vente au détail, oui, mais dans quel contenant? Dans les propres bouteilles des clients ou dans des bouteilles qu’ils achètent à l’entreprise directement. De cette manière, la surproduction et donc, les déchets inutiles, sont évités. P. & A Gelin. va même plus loin. Il ne sera plus question d’utiliser des capsules à vis en aluminium «très polluantes» pour bouchonner sa bouteille ni même de décorer les goulots d’une surcapsule en aluminium. À la place, les dirigeants souhaitent utiliser un bouchon lavable et réutilisable à tête «TAPI» (dont la tête est en bois). L’entreprise utilise également des bouchons à base de liège biologique issu d’une réserve naturelle. Grâce à ces deux initiatives, la Maison Gelin parvient à diminuer de cinq fois le taux de CO2 émis et à éviter la production de 500 grammes de déchets. Cela représente une économie de 30%.

P. & A. Gelin importe et distribue également ses boissons. Ici encore, une issue verte est de mise: le breuvage sera transporté dans de grands camions citernes… en vrac. Cette solution permet de diminuer de trois fois l’émission de CO2 et de préserver la tenue qualitative du vin.

Stocker écologiquement

L’entreprise propose également aux clients de stocker leurs bouteilles dans de larges casiers en bois fabriqués par un atelier protégé local du nom de Netko à Soignies. «Ces casiers sont réutilisables à l’infini», précise la Maison. Et si cette idée ne convient pas, sachez que la société met également à disposition des caisses en cartons non blanchis très solides et munis de poignées. Ceux-là sont réutilisables au minimum une dizaine de fois. Fiers de leurs initiatives, les négociants en vins annoncent également qu’ils sont désormais en mesure d’utiliser davantage de main d’œuvre locale et de s’approvisionner en matières premières auprès d’entreprises locales. «Notre travail redevient de l’artisanat local et régional, se réjouissent Pierre Gelin et son équipe. Il nous permet de ressentir une certaine fierté de la mise en bouteille en Belgique».

«Nous n’avons rien inventé, affirme-t-ils. Il suffisait de se replonger dans les derniers souvenirs qu’il nous restait du travail de négociant des années 60. Celui d’avant le One Way. Le modèle était parfait». La Maison Gelin invite également chacun des secteurs à réfléchir à un avenir durable.

SP

Vlan

Commerces à découvrir