«Anderlecht est toujours sale!»

VLAN  mardi 21 mai 2019 Vlan

ANDERLECHT | Cela fait onze ans que Vera Deda habite Anderlecht. Elle y déplore la saleté en rue et dans les parcs, mais aussi la piètre qualité des services administratifs.

En 2009, Vera Deda s’installe à Anderlecht, dans le quartier des Etangs. «Dès le premier jour que j’y ai mis les pieds, j’ai compris que j’avais débarqué dans la commune la plus sale de Bruxelles et probablement de Belgique. Ce sont des dépôts clandestins en permanence, des ordures sorties à n’importe quel moment, des sacs en plastique jetés à côté des bulles à verre, dans les parcs… Les gens sont mal éduqués, crachent par terre…». Et de venir avec quelques exemples. «Dans le quartier Wayez, les commerçants se plaignent que des gens abandonnent des déchets sur le trottoir durant la nuit. Ici, c’est une cuvette de WC et quelques sacs qui restent depuis une semaine. Là, c’est une chaise pourrie et des bricoles. Un peu plus loin, des bidons vides et toutes les saletés possibles. Ils ont contacté la commune, mais rien ne bouge».

Des heures de file pour

un certificat

Vera Deda se plaint aussi des services communaux. «Même l’administration doit être la pire de Belgique. Il faut faire la file durant des heures, rien que pour obtenir un certificat ou une information. Il y manque du personnel.».

Mais pourquoi reste-t-elle à Anderlecht? «Si je pouvais, je partirais. Mais je suis propriétaire. Et jusqu’il y a peu, le quartier des Etangs échappait à ce phénomène. Hélas, depuis la fin des élections, c’est devenu pire.» Ancienne candidate MR, Vera Deda se présente désormais sur la liste Destexhe. «Même au MR d’Anderlecht, il n’y avait plus de respect envers les membres. De toute façon, la politique du parti ne me convenait plus. Chez Destexhe, je retrouve plus l’idée des libéraux mise en place par Jean Gol».

De là à ce que les rues d’Anderlecht deviennent plus propres…

Julien SEMNINCKX

Vlan

Commerces à découvrir