Le Lundi de Pentecôte sous l’œil d’un monument

ARTICLES JOURNAL VLAN  mardi 21 mai 2019 Vlan

SOIGNIES | Discuter avec Paul Hazebroucq, c’est plonger au cœur de l’Histoire de la Pentecôte à Soignies. La 759e édition s’annonce sous les meilleurs auspices…

Celui qui s’intéresse, de près comme de loin, aux traditions sonégiennes a déjà croisé le passionné Paul Hazebroucq. Il est vrai qu’il est tombé dedans étant petit. «J’ai été inscrit dans la confrérie Saint-Vincent dès ma naissance. N’était-ce pas de bon augure?», s’amuse encore notre homme. «Il faut reconnaître que mon père, Louis, est devenu membre du premier comité de bénévoles, dès 1948. Je n’avais qu’un an… Le milieu familial va m’ouvrir une porte. Au cours de mes premières années, je commence à vivre dans l’ambiance des préparatifs de la procession et je la vois défiler sans que des souvenirs soient resté gravés en moi.»

Trop jeune pour parcourir le Tour matinal, Paul garde néanmoins quelques souvenirs marquants. «En 1952, j’ai vu peindre dans le garage de mes parents, le vitrail de saint Vincent qui, aujourd’hui encore, défile sur un char. Le travail, exécuté par un artiste peintre du voisinage, Jean Baleine, m’émerveillait. Par contre, petit à petit, je deviens apte à me présenter comme figurant. Je me rappelle particulièrement d’avoir été page de Saint-Landry en 1954, le seul rôle dont j’ai une photo (rires), et page de chanoinesses de Mons…»

Avançant dans les années, ce sonégien pure souche est devenu membre de l’ASBL organisatrice de la procession. «En 1989, j’ai été appelé à remplacer, comme secrétaire, Gérard Sauvage, un homme qui portait la procession et à qui nous devons énormément. Ma tâche, avec l’appui de mon épouse, comportait le recrutement des figurants à pied, ce qui est équestre était réglé par des professionnels et l’est encore actuellement. J’éditais aussi chaque année un programme de la procession, mis en vente au long du parcours. À la fin 2004, le président André Boisdequin a souhaité se retirer et m’a proposé de le remplacer, ce qui fut accepté par le comité qui s’est converti sur mon conseil en ASBL. Nous nous sommes réparti les tâches et nous fonctionnons harmonieusement.»

Son Lundi de Pentecôte, il y tient comme à la prunelle de ses yeux. «Le sonégien que je suis, avançant dans les années, est devenu membre du Comité Organisateur de la procession. Y consacrer du temps, s’y investir est pour moi tout naturel comme il l’est pour tous les membres de notre équipe.»

Au terme de chaque procession, Paul et son équipe se réjouissent d’avoir honoré leur saint Patron et de l’avoir fait connaître à un nombreux public venu d’horizons divers.

Massimo Di Emidio.

Vlan

Commerces à découvrir