La Petite Gazette

VLAN  mardi 21 mai 2019 Vlan

RENÉ HENRY |

Et le mémorial R. Grégoire devint le monument national des motcyclistes

Ayant appris que je m’intéressais de près aux nombreux monuments dressés sur la commune d’Aywaille, ceci dans le cadre d’un vaste projet dont je vous entretiendrai sous peu, un aimable et fidèle lecteur m’a confié une page du journal La Meuse du jeudi 22 juillet 1948, découpée alors par son papa et précautionneusement conservé depuis lors. Voici ce qu’on peut lire sur cette page maintenant jaunie:

« A Aywaille, dans l’intimité, on se souvient des as du guidon

C’est une manifestation du souvenir, sans prétention autre que de se retrouver entre vrais amis sportifs, que celle à laquelle nous avons assisté ce dimanche à Aywaille. Le club local, la LMOA, dont l’attachement à la cause du motocycliste remonte au temps des Lamborelle, Marcellis, Fagard, Baron, Nothom, Maurice Pire, etc. autant de sports-mens difficilement remplaçables, décida en 1935, d’élever un monument commémorant la mémoire de ceux ravis par le combat, au sport motocycliste. Ce furent, à l’époque, MM. le Bourgmestre Biet, l’avocat Amand, G. Thomas, Ch. Lambercy, Lemaire, Jasselette et Bolland qui s’attelèrent à cette tâche de respectueuse souvenance.

Sur ce mémorial figuraient déjà malheureusement des plaquettes immortalisant les traits de ce tandem d’élite qu’était Robert Grégoire et Noir, auquel s’ajouta celui de ce bouillant conducteur qu’était Lambert. Le culte du souvenir se poursuit. Demeuter et ce pilote incomparable qu’était Grizzly figurent à leur tour sur ce mémorial. Lequel réunit ainsi, sous l’emprise d’une même pensée, un quintette de coureurs belges, dont les clairons de la renommée ont clamé les noms aux quatre coins de l’Europe.

Aussi étions-nous émus quand, devant les traits de ces chers disparus, le commandant Wilkin rappela la genèse du monument, le souvenir de ceux l’ennoblissant, le respectueux hommage que tous les vrais amis du sport étaient venus leur apporter. M. G. Thomas, qui succéda à ce sportman né qu’est notre ami Wilkin, retraça la naissance de cette oeuvre du souvenir et le pieux devoir qu’on se doit de manifester pour lui conserver tout le prestige qui l’enveloppe.

Le corps de musique locale rehaussa l’éclat infiniment intime de cette cérémonie à laquelle s’associèrent des délégations des clubs que voici:

MC de Paris, LLM Dinant, Mettet, Andenne, Malines, AMC Bruxelles, AMC Hesbaye, Houffalize, Plainevaux, Ougrée, Micheroux, RMC liégeois,etc.

Parmi les personnalités présentes citons au hasard de la plume: T. George, président sportif de la FMB; Tonglet, vice-président de l’AMCB; Morin, du MC de France; avocat Gérard et A. Louvigny, Gérard et Syoels, de la Maison Saroléa; Ingénieur Donys, Lamisse, Jasselette, etc. qu’entouraient les dirigeants aqualiens: MM. Lekeux, Lambercy, Honhon, R. Grégoire, M. Piret, ainsi que le Dr Marynx et MM.Morelle et Melen.

Après que de nombreuses gerbes furent déposées au pied du monument, les porte-drapeaux défilèrent suivis de centaines de fidèles venus s’associer à cette démonstration qui regroupa tous ceux restés fidèles au culte du souvenir.

L. RENSON »

Toutes ces traces d’un passé récent, aussi infimes soient-elles, nous aident à mieux comprendre combien le ressenti des populations a évolué considérablement en quelques décennies seulement. Le ton de cet article, le choix des mots qui le composent et l’émotion solennelle qui s’en dégage nous transportent dans une atmosphère que la surabondance des informations immédiates qui nous assaillent a, à jamais sans doute, anéanti.

Vos courriers à la Petite Gazette sont à adresser à henry-rene@hotmail.com

Vlan

Commerces à découvrir